Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
scintillementduneplume

scintillementduneplume

Menu

Je m'abandonne à mon âme, si noire soit-elle, si pâle qu'elle soit, si blanche qui s'oublie. Mon encre blanche crie sur les murs noirs de ma prison rare et de mon ombre.
Je ne puis oublier cette sensation de pleuvoir rouge sur ma peau, rouges gouttes pleuvoir de moi.

L'oxygène se fait rare, je réside en un souffle et je ne respire plus, j'oublie les sentiments d'impureté, j'oublie la peur, au bord du précipice je souris à l'oubli.

Ombre néfaste qui s'avance qu creux de ma main

tu danses au champ linéaire du temps lointain

qui rend l'absence de vie soporifique, je ne suis qu'un ange idyllique au bord du précipice je crois que je sombre je ne peux qu'écouter la marche de la pénombre;

du chant funeste d'un avenir obscur

oubliant qu'il change le ciel et le rend pur,

l'amour est une créature obscure et agile

qui laisse au temps une trace indélébile

et le poison de ce don s'acharne

il s'agrippe en nous et nous incarne,

j'ai oublié ce qu'était la douceur d'un songe

à mon plus grand désespoir a fait place au mensonge

si la vie est un présent il ne reste qu'à pleurer

l'espoir oublié d'une trace desséchée, si l'amour portait des grands ailes

j'en volerai aux hirondelles, pour que je puisse m'envoler sans regrets

tà que sii un auseth naveth, vadut au miei d'un monde vielh, tà qu'era patz torna e que'm senteishi liure, de tot estat lunatic, que sia d'un aire diabolic o d'ua vita shens lutz. Que vau plorar en partir, mes pas de pau ni d'arren de sorb, sonque de desbrombar qui èi podut caminar, sus ua tèrra deu còr e de lenga, sus aquesta tèrra tant aimada qui'm tòca tant. Era libertat qu'ei vaduda morta en aquestes temps, on tot que poreish, on tot que s'aveja, lo temps qu'ei com estancat, alavetz quau esper, quau amor, quina tristessa, era vita que's moreish, era vita que s'usa, esperar enquera, mes quand de temps ei possible d'esperar. Alavetz eths arbos que caden e era lutz que baisha, eras nublas que ploran e eras alas que pregan.

Estela