Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
scintillementduneplume

scintillementduneplume

Menu
Secret

Secret

à plusieurs reprises au cœur de l'obscurité. De cet instant, je garde un souvenir attendri. Une dernière seconde de bonheur avant le déchaînement de l'horreur. Ensuite, les images terrifiantes, les cris, les envies de vomir, de pleurer...

Je suis ta nuit

Secret

Ce petit secret que je tiens caché n'est autre que de l'amour. Je l'écris pour la premières fois.

Quand j'étais petite, j'ai connu un homme que j'admirais, et que j'aimais tendrement. Je ne l'oublierais jamais. Le peu de souvenirs que j'ai encrés, seront à jamais en moi gravés, dans mon âme. Je l'aimais et je l'aimerais à jamais et à chaque instant. C'est grâce à lui que j'ai appris l'importance du regard. Car lui ne pouvait faire autrement que de me montrer son amour avec ses yeux. Aujourd'hui, je sais que si le regard est si important pour moi, c'est après les moments que j'ai passés avec lui. Il nous a quittés le jour des amoureux.

J'ai appris à partager mes sentiments avec mes yeux. J'allais avoir cinq ans lorsqu'il s'est éteint, et je me souviens de ce jour.

Tous mes souvenirs sont intacts. Il ne bougeait plus, il ne le pouvait plus. Je ne l'ai connu que comme ça, et même si je sais que ma grand-mère ne veut pas que je me rappelle de lui dans cet état, je ne peux faire autrement. Parce que pour moi ce sont des beaux moments, et je m'en veux de penser ça. Je le revois encore dans le salon, sur le lit, immobile, seuls ses yeux se mouvaient. D'un calme impressionnant, je n'ose pas imaginer sa souffrance aujourd'hui.

Je n'ose pas imaginer les tourments qui l'assaillaient, la colère enfouie. Je ne voyais que l'amour, son amour pour moi...

J'avais un petit piano à l'époque. Lorsque ça s'est passé, je me rappelle que l'on était en montagne, personne ne m'avait dit que son âme s'était évaporée de son corps. Que plus jamais je ne reverrai ses yeux. Je me rappelle de la voiture, et je me rappelle de ce que je criais...

Je crois que j'ai su parce qu'il est venu me dire au revoir. Après ça j'ai passé des mois à écouter cette chanson... C'était seulement une partie, mais elle était bien là sur mon petit piano d'enfant. Et je me rappelle parfaitement, qu'à chaque fois que je l'écoutais, je me mettais à pleurer. Et cette chanson me rappelait cet homme.

Et je me rappelais, je revoyais son regard, et je pleurais si fort de l'avoir perdu.

C'était calme, apaisant, comme son regard. C'était beau et ça me pénétrait le cœur.

Cette chanson, j'en connaissais la mélodie par cœur. Je sais que je n'ai pas pu m'empêcher de pleurer lorsque mon piano a cessé de fonctionner. Je ne l'ai plus entendue ensuite durant longtemps. Jusqu'au jour, bien plus tard ou j'ai connu les Beatles.

Je n'arrivais pas à croire que j'écoutais à nouveau cette mélodie enchantée de sa présence.

Je me rappelle que j'en ai, encore une fois, pleuré de bonheur.

Je ne saurais dire ou ni quand mais je me rappelle que cet instant fut d'une magie intense. Mon cœur battait la chamade, et je ne pouvais pas m'arrêter de pleurer. Cette mélodie retentissait à nouveau dans ma tête et j'étais si heureuse. Je ressentais le bonheur dont il avait été tant de fois l'auteur.

Depuis, je n'ai jamais réussi à retrouver une sensation pareille, mais j'ai enfin pu après ce moment, mettre un nom sur notre chanson. Let it be.

Et j'ai enfin pu mettre des paroles sur ce chant du cœur. Je ne peux exprimer ce que j'ai ressenti lorsque j'ai compris enfin ces écris.

Comment étrangement, ils étaient familiers. Je n'ai pu ré-entendre cette chanson, parce que je ne le souhaite pas. Comment vouloir oublier ou modifier la sensation pure que j'avais ressentie?

Je ne veux pas briser l'image que je garde de mon grand-père.

Je crois que les seules fois, rares, ou j'ai pu l'entendre, je me suis tue et je me suis évanouie dans la nature.

Et ce fut très dur pour moi d'y retourner. Le lieu ou j'ai dû laisser mon amour pour lui. Ou je me suis rendue compte que son corps était là, enfermé dans une boîte. Je hais cette image et je hais me dire qu'il est là dedans. Parce que ça me rappelle l'état dans lequel il était; immobile, coincé dans un corps qui ne pouvait plus répondre.

Alors je savais que son âme se rappelait de tout, que son esprit parcourait encore nos magnifiques montagnes. Je suis sûre de ça.

Je suis également certaine que dans ses rêves, il marchait à nouveau dans l'herbe froide des Pyrénées, il voulait nous en ramener les plus émerveillantes fleurs. Je suis certaine qu'il arrivait à voler au dessus des nuages, avec ses ailes d'ange.

Je suis sûre qu'il rêvait encore de pouvoir serrer sa femme contre lui et sentir sa chaleur.

Aujourd'hui, je sais que son âme survole tous les horizons. Je ne peux supporter de savoir qu'il est enfermé dans une boîte de bois. C'est injuste pour lui. Il aurait mérité de flotter une dernière fois à travers les montagnes.

Lorsque j'ai entraperçu cette caisse dans le caveau, j'ai manqué hurler... Je n'ai pas pu m'approcher pour donner un au revoir à mon oncle, je n'ai pas pu.

J'étais plus que paralysée. En m'éloignant, je n'ai pas pu m'empêcher de me chanter cette mélodie...

Elle résonnait pour me faire oublier cette horreur que je venais de voir.

Let it be, let it be.

Je veux me rappeler à tout jamais que son âme, pure et blanche survole nos montagnes. Je veux me rappeler de l'amour que je voyais dans son regard. Ses yeux qui m'emplissaient de joie et de bonheur.

Tu seras toujours dans mon coeur et dans mon âme. J'aurais souhaité te connaitre plus.

Quand espii eras estelas que soi segura qui ès l'ua d'entre eras. E que torni pensar aths nostes soviers. E que'm torni cantar aquesta cançon dens lo men cap. Jamèi ne't poderí desbrombar. Que seràs tostemps era mea estela. E un dia que m'amuisharàs eth camin.

"And when the night is cloudy there is still a light that shines on me. Shine untill tomorrow, Let it be."

Estela.