Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
scintillementduneplume

scintillementduneplume

Menu

There's a lady who's sure all that glitters is gold
And she's buying a stairway to heaven.
When she gets there she knows, if the stores are all closed
With a word she can get what she came for.
Ooh, ooh, and she's buying a stairway to heaven.

There's a sign on the wall but she wants to be sure
'Cause you know sometimes words have two meanings.
In a tree by the brook, there's a songbird who sings,
Sometimes all of our thoughts are misgiven.

There's a feeling I get when I look to the west,
And my spirit is crying for leaving.
In my thoughts I have seen rings of smoke through the trees,
And the voices of those who stand looking.

And it's whispered that soon, if we all call the tune,
Then the piper will lead us to reason.
And a new day will dawn for those who stand long,
And the forests will echo with laughter.

If there's a bustle in your hedgerow, don't be alarmed now,
It's just a spring clean for the May queen.
Yes, there are two paths you can go by, but in the long run
There's still time to change the road you're on.
And it makes me wonder.

Your head is humming and it won't go, in case you don't know,
The piper's calling you to join him,
Dear lady, can you hear the wind blow, and did you know
Your stairway lies on the whispering wind?

And as we wind on down the road
Our shadows taller than our soul.
There walks a lady we all know
Who shines white light and wants to show
How everything still turns to gold.
And if you listen very hard
The tune will come to you at last.
When all are one and one is all
To be a rock and not to roll.

And she's buying a stairway to heaven.

Dans les profondeurs elliptiques, je sens mon trépas.

Le son de sa voix vibre en moi, l'ange écharné et désolé.

Les bois brisés, les yeux effondrés, les rêves ravagés.

Mais l'espoir d'une jour meilleur peut-être. Je sens le vent glacial parcourir ma chair éventrée. Je vois la brume m'assaillir.

Elle me plonge au noir obscur.

La lumière est puissante mais elle s'efface.

Doux rêve étreins moi de tes bras romantiques.

Ta puissance m'ensorcelle, je reste piégée au tréfonds de cet exutoire monochrome.

Mon essence est là, elle hurle, elle se déverse.

Abrupte chemin incolore, montre moi une vie à l'aurore.

Dépourvus d'yeux, les oiseaux se chevauchent aveugles et meurtris.

L'arbre cramé ne respire plus.

Seulement une petite essence reste encore, reviens la hanter petite fée, donne lui sa vie.

C'est là le secret de la vie, raviver le sang, ce désir, cette illusion, une passion d'outre-tombe, là ou il s'est échoué.

Reviens nous.

Ange de mes nuits, n'oublie pas que je suis toi, que nous sommes ensemble pour toujours à présent.

Notre sang n'est qu'un, nos veines épanouies se dilatent et se rétractent en un battement corporel.

Le temps s'efface, nous laissant amoureux.

Le bois se craque sous l'arbre à rêves. Les racines de l'amour charnel se reconstituent,

elles se muent, elles s'embrassent et s'enlacent tout comme nous sommes un.

Nos coeurs se lient, les valvules amères se nouent comme au premier jour.

Alors je sens le divin en moi, je sens la sagesse, je sens l'obscur et la lumière en un tremblement de sang bouillonnant, qui sont enfin un et seulement un, un seul être, ce que je suis.

Et nous pouvons rêver, et nous pouvons se regarder et s'oublier d'amour.

Car je t'aime en un soupir en un désir, en une seule caresse, en un seul baiser condamné.

Notre coeur se scelle là et nous jouissons de la vie et de cet amour éternel à présent.

Nous nous nourrissons de notre strangulation, de notre belle fontaine d'amour opaque et pourpre.

Nous sommes liés, tu le sais, nous sommes aux rêves ce que les rêves sont à la paix.

Nos âmes se lacent et s'entrecroisent, elles se dévorent au firmament brumeux, à l'essence pure de nos êtres.

Nous sommes nouveaux et anciens, nous sommes espoir et peurs.

Nos anges s'aiment ardemment, leurs ailes ont repoussé elles ont poussé et sont entrées les unes à travers les autres, ils volent à l'unisson.

Tels nos rêves liés et nos écorces sanctifiées.

Nous sommes ce que tu es et qui je suis.

Ensemble, rien ne peut fracturer notre devenir.

Car nous sommes l'essence de l'amour.

Estela